Il y aurait un œil dont la paupière s’ouvrirait face au public. Un œil fixe. Un spectre regardant le spectateur et le prenant dans son orbite. Il y aurait le fantôme de Benjamin Fondane au jardin qui, dans l’ombre, dirait sa vie et ferait entendre son chant de poète de l’exil. Il y aurait dans l’œil des visions fugaces et indécises, des nuages, des apparitions : celle de Max Jacob, mort à Drancy deux jours avant l’arrivée dans le camp de Benjamin Fondane d’où il fit passer clandestinement à sa femme son Testament, dit de Drancy, dans lequel il donne le titre d’ensemble de son œuvre poétique : Le Mal des Fantômes.Dans l’œil, d’autres apparitions encore : portrait de Fondane par son ami Brancusi, film de Charles Chaplin que Fondane aimait tant, images de théâtre, d’Antonin Artaud dont Fondane prit la défense… Soixante-dix ans après son internement à Drancy, précédant son assassinat à Auschwitz, nous avons rendez-vous avec le poète philosophe, cinéaste, essayiste… « Un homme tout simplement » ; nous le ferons ressusciter, un peu, nous l’espérons, par cette évocation, disant ses mots, à l’écoute de ses mots, ceci afin de lui rendre justice, de le faire sortir d’une trop longue clandestinité ; ceci afin d’élargir le petit cercle des amis de Benjamin Fondane. De et par Jacques Kraemer - Conseillère artistique : Aline Karnauch - Régie technique : Ingrid Chevalier Création au Théâtre de la Vieille Grille à Paris • Co-production : Cie J. Kraemer - La Forge Nanterre • Avec le soutien de la Région Centre, de la ville de Mainvilliers et du Ministère de la Culture (Drac Centre) pour l’aide à la création • Avec le soutien du Mémorial de la Shoah • Spectacle labellisé « Printemps des Poètes » • NB : Aline Karnauch lira ses poèmes (extraits de « Côté mat ») à la Vieille Grille le vendredi 14 mars à 18h30 Compagnie Jacques Kraemer Studio-Théâtre 28300 Mainvilliers - tél : 02 37 28 28 20 - 06 77 82 80 75 compagnie.jacques.kraemer à wanadoo.fr - www.ciejacqueskraemer.fr Adresser courrier à : cie J. Kraemer 6 rue Chantault 28000 Chartres.

Benjamin Fondane

Ecrivain déjà reconnu en Roumanie, Benjamin Fondane s’établit à Paris en 1923 à l’âge de 25 ans. Il est tout à la fois poète et philosophe, critique littéraire, dramaturge et cinéaste. Résolument « moderne », attentif à l’avant-garde, il se tient à distance des écoles et des doctrines, des mouvements politiques et littéraires. En effet, si Fondane est profondément marqué par les courants intellectuels et artistiques de son temps, il s’en méfie et cherche sa voix propre, sa réponse personnelle aux questions intemporelles comme aux questions posées par l’époque. Sa clairvoyance ne peut lui éviter un destin tragique : déporté à Auschwitz, il est assassiné dans la chambre à gaz de Birkenau le 2 ou le 3 octobre 1944. De tous les poètes ses contemporains, pas un, ni même ceux qui ont été dans la Résistance, pas un n’a écrit la révolte et le goût de vivre mêlé au sens de la mort comme Benjamin Fondane. Sa situation de fantôme lui-même y est sans doute pour quelque chose : un émigrant de la vie traqué sur les fleuves de Babylone. Mais c’est parce qu’il est avant tout le poète qu’il est, avec ses folies et ses fantaisies de langage, qu’il est aussi, dans ses essais, le seul et même sujet d’une pensée du poème. Contre les dualismes de la philosophie, il est dans le continu de la vie à partir du poème et du poème à partir de la vie. Par là, il est présent. Henri Meschonnic

Jacques Kraemer

kraemer portrait.jpg Formé rue Blanche et au Conservatoire National à Paris, Jacques Kraemer, comédien, metteur en scène et auteur, fonde en 1963 le Théâtre Populaire de Lorraine. En 1982, il quitte le T.P.L. et fonde sa compagnie. Jusqu’à sa nomination en 1993, à la direction du Théâtre de Chartres, il met en scène et crée chaque année une nouvelle pièce alternant des œuvres dont il est l’auteur et des œuvres classiques ou contemporaines: La Fille infortunée de Diderot (Jacques Kraemer), le Rêve de d’Alembert (Diderot), Cage, Face de Carême (Jacques Kraemer), la Force de l’Habitude (Thomas Bernhard), Thomas B (Jacques Kraemer), Un Homme qui savait (Emmanuel Bove), Le Roi Lear (Shakespeare), Il marche et Annabelle et Zina (Christian Rullier), Le Jeu de l’Amour et du Hasard ( Marivaux), L’Eveil des Ténèbres (Joseph Danan). A partir de 1993, les créations de la Compagnie coproduites par le Théâtre de Chartres se poursuivent, à Chartres, à Paris ou au Festival d’Avignon, en tournées : Bettine (Musset), Bérénice (Racine), Thomas B. (Jacques Kraemer), La plus forte (Strindberg), Mademoiselle Julie (Strindberg), Pièces de la mer (O’Neill), Dom Juan (Molière), Le Golem (Jacques Kraemer), Une fête pour Boris (Bernhard), Anne-Marie (Minyana), Le Jeu de l’Amour et du Hasard (Marivaux), Le Home Yid (Jacques Kraemer). En 2005, il quitte la direction du Théâtre, mais la Compagnie reste implantée à Chartres où il ouvre le Studio des Epars et y poursuit son travail de création avec le diptyque Michel Vinaver : Dissident, il va sans dire et Nina, c’est autre chose, Agatha de Marguerite Duras, Phèdre /Jouvet/ Delbo. 39/45, Agnès 68 de Jacques Kraemer, Il aurait suffi de Pauline Sales et Samira Bellil et Boris Vian (L’Arrache-Coeur, L’Herbe Rouge, L’Ecume des jours). Ses dernières créations : 1669, Tartuffe, Louis XIV et Raphaël Lévy avec 11 acteurs, Prométhée 2071 qu’il joue aux côtés de Roxane Kasperski, Clément Peltier et Pauline Ribat, Kassandra Fukushima interprété par Sophie Neveu, deux pièces inspirées d’Eschyle. Toutes ces créations ont été présentées à Chartres, au Festival d’Avignon, en tournée et pour la plupart, à Paris. Parallèlement, Jacques Kraemer a dirigé de nombreux ateliers de formation théâtrale dans de nombreux théâtres, lycées et collèges. Il a enseigné à l’ENSATT, rue Blanche, à l’Université de Strasbourg, à l’Institut d’études théâtrales de Paris III.

cliquer sur une des images pour l'agrandir et les faire défiler

Benjamin Fondane_flyer_recto.jpg Benjamin Fondane_flyer_verso.jpg

Le Fantôme de Benjamin Fondane - La presse en parle

WebThéatre 12 novembre 2014 Image Avec sa voix de baryton Martin, grave et légère à la fois, son regard en transparence, Jacques Kraemer fait vibrer en douceur le verbe de Fondane. Chaque mot prononcé est de lui et quand les musiques de Rimbaud ou celle de l’Albatros de Baudelaire viennent se glisser entre les extraits choisis et reliés, ces musiques résonnent comme partie indissociable d’un ensemble harmonique qui s’accroche aux songes. « … né pour chanter la joie… » écrivait Fondane. Mort pour avoir trop aimé la vie. Kraemer en fait son double. Inoubliable. Caroline Alexander

cliquer sur le logo pour accéder à l'article

France Culture La Fabrique de l'histoire 7 mars 2014 Image

Écouter l'extrait de l'émission consacré au spectacle :

Image L'Allegro Théâtre 15 mars 2014 LogoAllegroTheatre.jpg Jacques Kraemer nous offre une représentation durant laquelle le temps semble suspendu Joshka Schidlow

cliquer sur le logo pour accéder à l'article

Image Horizons Centre Ile-de-France 21 mars 2014 logo_horizons_centreidf.jpg L'excellent Jacques Kraemer nous fait découvrir un poète et philosophe roumain relativement méconnu, à la destinée tragique et au talent puissant ... Un spectacle éclatant Gaëlle Chalude logo_horizons_centreidf.jpg

cliquer sur le logo pour accéder à l'article