Librement inspiré de l'Evangile selon Luc et d’un répertoire musical populaire, il est joué depuis 1995 lors de rares représentations, poursuivant la célébration d'un rituel populaire.

Image

Ninnarò trouve sa synthèse dans les « sunatura », conteurs/chanteurs souvent aveugles, qui depuis la nuit des temps et jusqu'à il y a quelques années, racontaient pendant l'année les faits et les événements selon un ancien almanach de traditions et de coutumes populaires. Ils chantent la « neuvaine » à l'occasion de la naissance de Jésus et le narrateur parcourt les neuf jours qui précèdent la naissance de Jésus. C'est l'imaginaire populaire qui souvent humanise le sacré et le représente dans une forte relation avec le quotidien. En effet le conte poétique acquiert des tons fantastiques et atemporels. Ce sont les émotions de l'âme des plus humbles qui recueillent dans leur imaginaire un sentiment de foi et voilà que cette ancienne histoire, en dehors des paroles du « contastorie » Gigi Borruso, prend vie par le chant de Rosa Mistretta et par les musiques des musiciens de la Compagnie Teatro Ditirammu.

La représentation sera donnée en français par une comédienne, avec Rosa Mistretta, Gigi Borruso, Serena Rispoli, Vito Parrinello, Daniele La Mantia, Salvo Lupo, Giuseppe Biondo. Durée : 50’. Tarif unique : 13€

Image