Peut-être Jacob Gershowitz, alias Georges Gershwin, a-t-il également fermé les yeux pour mieux puiser dans ses ressources klezmer… Celles héritées de sa famille juive russe, qui a fui les pogroms de la fin du XIXeme siècle pour emprunter la route vers l’Ouest.

A l’instar de Gershwin, la richesse de la musique klezmer n’a cessé d’inspirer les compositeurs : ludique, fiévreuse, profonde, mélancolique, elle permet au musicien d’exprimer toutes les couleurs de l’âme.

Image

Pour les cinq complices de Yankele, qui renouvellent avec talent la vitalité des mélodies traditionnelles d’Europe de l’Est, l’évidence s’imposait : revisiter le répertoire de Gershwin au travers de compositions, d’arrangements et d’improvisations largement issus de leur rencontre avec Jean-Marie Machado.

Image

Aux frontières du jazz, de la musique classique et des musiques populaires ou traditionnelles, l’écriture de Jean-Marie Machado et de Yankele fait écho dans un tourbillon de nuances et de virtuosité à l’œuvre de Gershwin pour une soirée enflammée !

Après 10 ans d'existence et deux albums l’Esprit du Klezmer et Paris Klezmer, Yankele mêle aujourd’hui musiques traditionnelles, classique et contemporaine à un soupçon de jazz. Ils sont donc cinq. Comme les cinq continents. Une fille et quatre garçons : Jason Meyer (violon, chant), Yannick Thépault (clarinette, chant), Christine Laforêt (accordéon, chant), Mathieu Bresch ou Marc Buronfosse (contrebasse), Jean-Christophe Hoarau (guitare). Cinq musiciens pour une musique sans frontière…. ou souffle le vent d’Est. Venus d’horizons musicaux différents, ils perpétuent la vitalité et la générosité de la musique klezmer tout en renouvelant les mélodies traditionnelles au travers de compositions, d’arrangements originaux et d’improvisations.

Image