Le Ménage de Balzac reprend cette situation loufoque – à un détail prêt : ce que le grand écrivain ignore, c’est que son jeune assistant est amoureux de sa fille et qu’il a pris cet emploi également pour se rapprocher d’elle... En transposant l’anecdote dans un contexte contemporain, inspiré de choses vues en République tchèque dans les années 90 – au moment de la transition des sociétés d’Europe centrale entre communisme et capitalisme – Jean-Gaspard Páleníček dépeint une froide tranche de vie trempée de visions oniriques, où le recours à des registres bas signifie une forme atténuée, vague à dessein, fébrile quelques fois, de la parole. Récit d’une quête d’amour, sombre tableau de famille, la matière de son texte est la vie au quotidien, tout simplement, dans ce qu’elle a de plus banal, de plus implacable parfois, voire de plus irréel – mais avec, aussi, ses précieux moments de pur bonheur et de grâce.

Une production Pôles productions, Compagnie Le vent d’Est et Editions Revue K, dans le cadre du festival L’Europe des Théâtres, en partenariat avec EURODRAM, réseau européen de traduction théâtrale, sur une initiative de la Maison d’Europe et d’Orient à Paris, en partenariat avec le Théâtre national de Prishtina (Kosovo) et le Théâtre Roustavéli de Tbilissi (Géorgie)

Jean-Gaspard Páleníček

Image Né à Prague en 1978, auteur, compositeur, comédien, traducteur, commissaire d’expositions. Ancien membre du théâtre Orfeus à Prague où il créa, entre autres, les rôles de Croniamantal dans une adaptation du Poète assassiné d’Apollinaire et de Iago dans Othello de Shakespeare. Cofondateur de l’association artistique Elgar dirigée par le compositeur Miloš Bok. Auteur de diverses pièces pour piano et de musique de chambre, et interprète (il a donné la première audition du Prélude en Fa dièse majeur de Miloš Bok). Petit-fils du pianiste et compositeur Josef Páleníček. Actuellement directeur artistique du Centre culturel tchèque de Paris.