À travers le personnage mis en scène (biographe et psychanalyste) qui parcourt livres, textes et lettres, Freud nous parle de l’enfant, de l’amour, de Martha, sa femme, d’Albert Einstein (pourquoi la Guerre ?), de la religion, du bonheur, du malheur, de la pulsion sexuelle, de la pulsion de mort, de l’amitié, d’un bonnet de fourrure de son père, d’Yvette Guilbert et de la création artistique… L’action est parsemée de respirations produites par des archives vidéos, des photos de l’époque, des extraits d’œuvres de musiciens viennois (Mozart, Schubert, Beethoven, Malher…) et des chansons d’Yvette Guilbert et de Barbara. Interprétation, scénographie, mise en scène : Patrick Olivier, avec la participation envisagée de Aïni Iften (chant) - Virginie Fontanarosa (piano) - Claude Confortès (interprétation audiovisuelle)

Image